Schola Cantorum NKT

Office divin, liturgie, chant grégorien

Schola Cantorum

Qu’est ce qu’une Schola Cantorum ?

C’est un groupe de chanteurs (ou « chantres ») en charge de la liturgie, et plus particulièrement de l’office divin également appelée « Liturgie des heures ». Avant le 4ème siècle après Jésus-Christ, le chant liturgique était essentiellement assuré par des solistes, dont le chant était largement lié à l’improvisation (mais bien sûr selon un cadre strict). Au 4ème siècle, donc, (an 334) le pape Sylvestre 1er fonde un ensemble vocal dédié à la liturgie pontificale à Rome. Cet ensemble fera école : désormais, la musique de façon générale et la musique liturgique sera confiée à un groupe, et nécessitera d’abord l’apprentissage d’un répertoire, la fixation des textes des chants liturgiques, puis leur musique. Le pape Saint Grégoire le Grand, au 6ème siècle, qui a donné son nom au « chant grégorien », donne un statut officiel et une autorité en terme de musicologie à la Schola cantorum. C’est lui aussi qui instaure les premeirs choeurs liturgiques. Mais ce n’est pas encore la naissance du répertoire que nous connaissons, appelé à tort par la suite « chant grégorien ».

800px-Codex_Bodmer_127_172v_Detail

C’est en effet  plus tard, sous l’impulsion du pape Etienne II et du roi franc Pépin le bref, au milieu du 8ème siècle après Jésus-Christ, que la rencontre entre le répertoire liturgique franc et le répertoire musical romain puis son officialisation par l’administration impériale de Charlemagne donne au répertoire nouvellement créé, « romano-franc » et (exagérément) désigné ensuite comme « Chant grégorien » son caractère exceptionnel d’universalité. C’est en effet sous Charlemagne que ce répertoire est largement diffusé et accède à son statut universel.

C’est le dernier Concile oecuménique Vatican II qui a déclaré, dans sa Constitution dogmatique « de Sacra Liturgia  » qui commence par les mots « Sacrosanctum Concilium » que « L’Église reconnaît dans le chant grégorien le chant propre de la liturgie romaine. C’est donc lui qui, dans les actions liturgiques (…) doit occuper la première place. » Le chant grégorien est donc en quelque sorte « canonisé » par Vatican II comme le chant de référence dans le rite romain. Il doit avoir « la première place » ! C’est donc très exigeant et nécessite donc une formation et une prise en compte sérieuse de ce répertoire. Mais ce dernier est magnifique, donc le niveau d’exigence n’aura d’égale que le bonheur que nous aurons de le chanter.

C’est dans cet héritage plus que millénaire que notre Schola Cantorum à NKT cherche à se placer. Ces pages sont donc un recueil de ressources techniques, liturgiques, – mais aussi de temps en temps doctrinales – pour nous permettre de mieux « chanter notre vie et vivre notre chant ».

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :